Visite de la basilique du Folgoët du CE1 au CM2

Vendredi 9 novembre, les classes de CE1, CE2, CM1 et CM2 se sont rendues au Folgoët pour y découvrir la basilique et visiter son musée. Chaque groupe était accompagné d'un guide qui a expliqué aux élèves les origines de la basilique, ainsi que les principaux éléments remarquables, tels le jubé en pierre, le porche des Apôtres, les vitraux et les statues en pierre de Kersanton. 

Au fait, connaissez-vous la légende de Salaun Ar Foll, à l'origine de cette basilique ? 

Pourquoi cette basilique ? Cela tient à une histoire et à une légende. Entre 1300 et 1358 environ, vivait en ces lieux, un homme simple, pauvre et orphelin. Mendiant sa nourriture, buvant l’eau d’une fontaine, se balançant aux branches des arbres, il chantait inlassablement « Ave Maria, Ave Maria ». On le trouva mort un matin de novembre 1358. Inhumé sur place, un lys fleurit sur sa tombe. Sur ses pétales s’inscrivait en lettres d’or « Ave Maria ». Les foules accouraient sur les lieux. Le duc Jean IV qui venait de gagner la bataille d’Auray, décida d’y bâtir une église et pose la première pierre en 1365. Jean V, son fils, acheva son oeuvre. Des pèlerins célèbres l’honorèrent de leur visite : la duchesse Anne de Bretagne devenue reine de France y séjourna en 1494 et en 1505, puis sa fille Claude avec son mari François 1er en 1518 et beaucoup d’autres. 

    

    

    

    

    

  

Centenaire de l'armistice

Les élèves de troisième ont travaillé sur la commémoration de l'armistice dans plusieurs disciplines (Français, Arts et Histoire) pour organiser au sein même de l'établissement une célébration du centenaire.  Deux parcours étaient ainsi proposés aux autres collégiens, mais aussi aux élèves de primaire,  pour découvrir à travers des ateliers la vie des civils et des combattants pendant la Première Guerre mondiale. 
Ils ont travaillé dans l'idée de faire vivre aux visiteurs une expérience faisant appel aux sens et aux émotions pour sensibiliser et oeuvrer au devoir de mémoire. 
Le CDi a ainsi été transformé pour reconstituer une tranchée avec son ambiance sonore, ailleurs c'est  l'engagement des femmes  comme marraines de guerre ou comme infirmières qui était mis en avant avec costumes et reconstitutions à l'appui. Une exposition de maquettes est venue compléter ce travail pluridisciplinaire. 
Les élèves devenus acteurs de l'histoire ont ainsi transmis une belle leçon d'histoire aux plus jeunes  qui, a n'en pas douter,  prendront la relève l'année prochaine.